OFFRE EXCLUSIVE INTERNET

English
Marrakech
Avec une médina ceinte de remparts en terre, un climat chaud et une atmosphère détendue, Marrakech est la plus africaine des villes marocaines. Son atmosphère diffère beaucoup de celle de Fès, ville culturelle, ou de celle de Casablanca, ville cosmopolite. Jadis capitale du royaume, Marrakech a su se moderniser tout en conservant son âme et ses traditions. En effet, si Marrakech attire aujourd’hui la jet-set mondiale et doit la plus grande part de sa prospérité au tourisme, il suffit de s’aventurer dans le labyrinthe des souks de la médina ou de se promener parmi les apothicaires aux potions magiques, les charmeurs de serpents, les jongleurs et les acrobates de la place Djemaa el-Fna pour découvrir l'âme authentique de la ville.

empty

empty

La place Jamaa El Fna

Jamaa El Fna est une place unique au Maroc. Probablement dans le monde entier. En 2001, Jamaa El Fna a été distinguée par l'UNESCO comme patrimoine oral et immatériel de l’Humanité, et ce, grâce à l'initiative menée par Juan Goytisolo écrivain espagnol vivant à Marrakech et d'intellectuels marocains mais aussi avec le soutiens de l'association "Les amis de Jamaa El Fna".

Elle est située au cœur de la médina de Marrakech, au pied du minaret de la Koutoubia et des souks. C’est le point de rencontre principal entre l’ancienne médina et la ville moderne.

La place Jemaa El Fna est entourée de boutiques, de cafés, de restaurants, d’hôtels et de locaux administratifs. Avec ses spectacles ininterrompus, elle est animée à toute heure de la journée. Mais c’est à la tombée du jour, qu’elle révèle toute sa splendeur.La place Jamaa El Fna à Marrakech

Conteurs, jongleurs, herboristes, écrivains publics, charmeurs de serpent, porteurs d’eau, musiciens, bonimenteurs et cartomanciennes, jouent ensemble une partition sans aucune mesure. Mais indépendamment les uns des autres.

Tous les jours, des Gnaoua dansent et sautent au rythme du tambour et des qraqeb, des orchestres berbères entonnent leurs mélopées, des conteurs vous emportent dans le monde imaginaire des mille et une nuit…

Certes c’est difficile d’appréhender tout ce capharnaüm d’images, de saveurs, de sons sans se rendre sur place.

L’animation nocturne de cette place mythique continue jusqu’à tard dans la nuit. En été, c’est pratiquement jusqu’à la levée du jour. Si vous avez faim, des petits restaurants ambulants sont à votre disposition. Vous pouvez y goûter aux délices de la gastronomie de Marrakech.

Jamaa El Fna dans l'histoire

Côté histoire, sachez que les origines de la place Jemaa El Fna sont obscures. Dans les textes historiques, il y a au moins deux versions qui s’imposent. La première évoque que c’était une « Place du trépas », où sont exécutés les rebelles.

La seconde, désigne la place de « la mosquée détruite », où la construction d’une immense mosquée a commencé sans être achevée à la fin du XVI° siècle. Le terme arabe Jemaa El Fna renferme les deux acceptions.

Les souks de Marrakech

En arabe, un souk est un marché généralement situé dans la médina « l’ancienne ville ». Son équivalent en persan ou turc est un bazar. On y trouve aussi bien de l'alimentaire que de l'habillement, des bijoux, des poteries, etc. On peut également y trouver de nombreuses sortes d'épices qui parfument les ruelles.
Au cœur de la Médina de Marrakech, les souks figurent parmi les meilleurs du Maroc. A l'origine, ces souks étaient divisés en différents secteurs spécifiques bien délimités et dont les noms dépendaient de l'activité économique de chacun, mais avec le temps, cette séparation a disparu.
Les souks sont les véritables poumons économiques de la ville rouge où les artisans utilisent encore dans de nombreux domaines les anciennes techniques.

Le jardin Majorelle

Petit paradis, le jardin Majorelle porte le nom de son créateur, Jacques Majorelle. Artiste peintre français, il s’est installé à Marrakech en 1919 pour poursuivre sa carrière.

La construction de son jardin de plantes exotiques a nécessité plusieurs années. Lieu d'inspiration et de repos, il a été ouvert au public dès 1947. Voulez-vous le visiter ? Suivez notre guide.Le Jardin Majorelle à Marrakech

Avant de commencer votre balade dans le jardin, sachez d’abord qu’il abrite cinq grandes catégories de plantes : les cactus, les palmiers, les bambous, les pots fleuris et les plantes aquatiques. Jacques Majorelle avait un intérêt particulier pour les cactus.

Une trentaine de représentants de cette famille sont à découvrir actuellement dans ce havre de paix. Quant aux palmiers, leur abondance vous donnera l’impression que vous êtes dans un oasis de calme. La collection réunie au sein du jardin Majorelle comprend des espèces venant de Californie, d'Afrique de l'est, d'Inde, des Canaries, de Mésopotamie et du bassin Méditerranéen.

Troisième catégorie, les bambous. Originaires d'Asie du Sud-est, vous allez certainement les apprécier pour leur feuillage décoratif et leur port élégant. Et ce n’est pas tout. Votre balade dans le jardin Majorelle est ponctuée de dizaines de pots fleuris aux couleurs du jardin.

Le bleu Majorelle s'allie au jaune citron, au vert clair et au bleu ciel. Des plantes aquatiques aux couleurs étonnantes bouclent la boucle. Elles sont accueillies par des bassins, des fontaines et des rigoles apaisants.

Le jardin Majorelle, c’est également des paysages exceptionnels et une très belle collection d'oiseaux. Désolé, nous ne pouvons pas vous les décrire, l’idéal est de vous vous rendre sur place pour les apprécier à leur juste valeur.

Le jardins bio-aromatique de l'Ourika

Il est facile d'accèder à Ourika depuis Marrakech, tout au long de la route, on peut voir des villages berbères et former une idée sur la vie rurale berbère.Tant que vous y êtes, vous pouvez profiter de l'occasion pour visiter le premier Jardin Biologique de Plantes Aromatiques et Médicinales au Maroc.

Situé en pleine vallée de l’Ourika, le jardins bio-aromatique de l'Ourika vous fera découvrir les richesses botaniques de la région de Marrakech. Ce Jardin d’un hectare est composé de 50 espèces de plantes aromatiques et médicinales en plus de plusieurs espèces de plantes ornementales.

Dans un cadre naturel exceptionnel, se promoner dans ces jardins vous permet de partir à la découverte des senteurs et des vertus médicinales des plantes, laissant vos 5 sens s’extasier dans une ambiance aux senteurs inégalées.

Sachez que la meilleur période pour visiter ce Jardin est celle de la floraison entre mars et juin, on peut aussi se faire le plaisir d'acheter à la boutique qui se trouve à côté de la réception des produits de beauté, épices culinaires, et huiles essentielles, le tout réalisé depuis les plantes du Jardin.

Palais El Badii

C’est pour fêter sa victoire dans la Bataille des Trois Rois que le sultan Saadien Ahmed el Mansour Ad-dahbi a demandé en 1578 la construction du Palais El Badii à Marrakech.

Pour se faire, il n’a pas lésiné sur les moyens. Des matériaux nobles ont été acquis de l’Inde et de la Chine. Résultat, un palais sans commun mesure.

Toutefois, le Palais El Badii fut détruit à partir de 1696 par le sultan Moulay Ismaïl. Tout ce que regorge de plus précieux a été pris pour bâtir la capitale administrative, Meknès.

Le décor originel du Palais El Badii a été gravement altéré. Ce qui reste de ce joyau de l'art islamique: une grande esplanade entourée de hauts murs, plantée d'orangers et creusée de jardins.

Le palais El Badi se situe à 200m au sud ouest du palais de la Bahia et 800m au sud de la place Jamaâ el fna. Il accueille chaque année le festival annuel du folklore marocain.

La medersa Ben Youssef

Bijou architectural arabo-andalouse, la medersa Ben Youssef est l'un des monuments les plus visités par les touristes en voyage à marrakech. Elle a été édifiée par le sultan saadien Abdellah Al Ghalib en 1570.

Sa dénomination vient par contre du nom du sultan Almoravide Ali Ben Youssef. La medersa a fait office pendant quatre siècles d'une université coranique et d'un foyer d'accueil des étudiants. Il y est enseigné plusieurs sciences. Mais la théologie s'accaparait la part du lion de son programme.

Une fois sur place prenez le temps d'admirer les balustrades ciselées, les murs finement ornementés de motifs délicats et impressionnant. Marbre, bois de cèdre et stuc ciselé,  tout a été employé pour rendre cet édifice plus majestueux.

Disposant de 132 chambres, la medersa Ben Youssef pouvait accueillir des centaines d'étudiants. Malgré sa restauration en1950, elle garde toujours son plan quadrilatère.

L'entrée à la medersa Ben Youssef est à 50 dhs. Préférez l'achat  du billet de 60 dhs qui vous permettra l'accès à la la Koubba Almoravide qui est juste en Face mais aussi au Palais M’Nebhi, qui est tout proche aussi, ce dernier accueille aujourd’hui le Musée de Marrakech.

Mosquée la Koutoubia

La mosquée la Koutoubia se situe au nord du boulevard Mohamed V, près du consulat de France qui était la maison de BA HMAD. Le nom de la Koutoubia semble dériver de « kutubiyyun », en référence à un souk de libraires qui existait à proximité du site de la mosquée. C’est un joyau de l’art des almohades, date du XIIe siècle qui s’élève sur le site d’un palais almoravide, Ksar El Hajar, « Palais des pierres », détruit par les nouveaux maîtres de Marrakech en 1147.
La koutoubia est construite en deux phases par le Abdelmoumen en 1157 et 1163. Son minaret est l’un des merveilleux monuments de l’Islam. Erigé en pierre de taille, il comporte, à l’intérieur, non pas un escalier, mais une rampe qui permet d’accéder à des salles couvertes de coupoles ainsi qu’à son sommet. Sa hauteur est de 77 m. Il comporte des registres décoratifs sur les façades supérieures faits de carreaux de céramique verte et blanche. La mosquée a une forme carrée de 218 m comportant 7 travées.
La Koutoubia a abrité un minbar, récemment restauré et exposé au palais Badiâ. Ce minbar, chef-d’œuvre de l’art islamique, a été exécuté à Cordoue sur l’ordre du sultan almoravide Ali Ben Youssef (1106-1143). Il fut transféré dans sa mosquée à Marrakech. Les Almohades le mirent à la Koutoubia dans laquelle il fonctionna jusqu’aux années 1960.

Le Palais Bahia

Situé à Marrakech, le palais Bahia est chargé d'histoire. Dans un premier temps il fut construit par le grand Vizir Si Moussa par la suite, L'objectif, raconte-on, était d'y loger ses 4 épouses et  24 concubines mais aussi la plus belle d'entre elles, la fameuse Bahia .

En 1900, son fils Ba Hmad décida de rendre plus beau le chef d'oeuvre architectural marocain édifié par son père, pour ce, il fit appel au plus célèbre des architectes marocains de l'époque : Mohammed ben Makki el-Misfoui, ce dernier lui a fallu plus de 5 ans de travail continu pour réunir les magnifiques riads et maisons racheté par Ba Hmad afin d'en former ce magnifique palais qu'est la Bahia..

Le palais Bahia change de main sous le protectorat français. C'est le résident général, le général Lyautey, qui en fait sa demeure à Marrakech.

Ce palais est un chef-d'œuvre de l'architecture et l'art décoratif marocain. Porte, fenêtres et plafonds en bois de cèdre ciselés et peint, murs orné de stucs, Il est composé de deux grands jardins, un petit Riad, une petite cour, une grande cour de marbre dite « Cour d’honneur », un grand Riad. Le tout est situé en rez-de-chaussée. Seul un appartement existe au premier étage "le menzeh".

Le palais Bahia est situé dans le quartier « Riad Zitoun Jdid ».